Publications |

Parutions 2017

Le battement de la vie

Le battement de la vie

Le corps naturel et ses représentations en Chine

Brigitte Baptandier (ed.)
Nanterre,  Société d’ethnologie, Recherches sur la Haute-Asie ,  2017,  408 p.
Prix : 25 €

Comprend des contributions de trois membres du CECMC : Alain Arrault (EFEO), Katiana Le Mentec (CNRS) et Aurélie Névot (CNRS).

Y aurait-il, en Chine, une idée de la personne qui ne permettrait pas d’isoler le « corps » ? Pourquoi donc a-t-on ce sentiment que l’on ne parle jamais vraiment du corps humain, qu’il apparaît plutôt comme le support d’entités plus vastes, qui le dépassent ? Comme si le corps ne pouvait être envisagé que d’un point de vue énergétique, son fonctionnement assurant la vie en exacte correspondance avec le monde extérieur. Comme s’il n’avait pas acquis un statut d’objet. Or, dans les différentes conceptions du corps en Chine présentées ici, issues pour la plupart de l’ethnographie ou de l’histoire, un point est apparu comme récurrent : ce va-et-vient entre les deux pôles de la représentation et du naturel, du symbolique et du réel, non pas l’un ou l’autre mais l’un et l’autre, indissociables en leur « battement » qui est celui même de la vie. C’est dans cette faille que nous avons voulu nous introduire pour traiter du corps, y cherchant la vie qu’elle recelait.
Deux pratiques, mises en œuvre chaque fois par deux personnes agissant en miroir (Taiji quan et acupuncture), tracent le fil directeur de l’ouvrage, ce « battement de la vie ». Il se retrouve exploré à travers la relation au lignage et au traitement du corps des ancêtres. Le corps des femmes, quant à lui, apparaît comme traversé par les générations, vécu comme un support capable de porter le signe d’un temps, la marque d’un passage, l’assignation d’un destin. Le corps de certains héros (d’épopée ou de cinéma) met en scène le battement entre le corps naturel et sa représentation : à travers mutation, mutilation, et mutabilisme universel, tout peut se faire et se défaire à l’infini. Enfin, les enfants uniques, « petits empereurs » de la Chine actuelle, tout comme les taoïstes qui « nourrissent leur vie », donnent à voir la construction du sujet, corps et personne confondus, indissociables.

Pour citer ce document

, «Le battement de la vie», cecmc [En ligne], Publications, Parutions 2017, mis à jour le : 02/09/2017
, URL : http://cecmc.ehess.fr/index.php?3297.
EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Figure d'une dissidente sous Mao : Lin Zhao, combattante de la liberté

Rencontre - Vendredi 15 février 2019 - 17:00Le Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine vous invite à une rencontre autour de l'ouvrage d'Anne Kerlan, Lin Zhao, combattante de la liberté.Une séance animée par Isabelle Thireau (CCJ-CECMC), avec Michel Bonnin (CCJ-CECMC) en tant que d (...)(...)

Lire la suite

Représenter un État non reconnu : le métier de diplomate à Taïwan

Conférence - Mardi 29 janvier 2019 - 17:00La prochaine conférence du cycle « Perspectives taïwanaises », consacré à l'étude de la société taïwanaise, aura lieu le mardi 29 janvier 2019 de 17h00 à 18h30 dans la salle A7-37 de l'EHESS (54, bd. Raspail, 75006 Paris).Madame Françoise Mengin, directr (...)(...)

Lire la suite

Présences chinoises en Afrique : projection du film documentaire « Guangzhou, le rêve chinois »

Projection-débat - Mercredi 16 janvier 2019 - 09:00Mercredi 16 janvier 2019 à 9h, projection du documentaire Guangzhou : le rêve chinois (VOST) en présence de la réalisatrice Christiane Badgley, dans le cadre du séminaire « Présences chinoises en Afrique : les nouvelles routes de la soie » animé (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CECMC
54 boulevard Raspail
750006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 90
Fax : +33 (0)1 49 54 23 99
centre.chine@ehess.fr