Publications |

Parutions 2017

Le battement de la vie

Le battement de la vie

Le corps naturel et ses représentations en Chine

Brigitte Baptandier (ed.)
Nanterre,  Société d’ethnologie, Recherches sur la Haute-Asie ,  2017,  408 p.
Prix : 25 €

Comprend des contributions de trois membres du CECMC : Alain Arrault (EFEO), Katiana Le Mentec (CNRS) et Aurélie Névot (CNRS).

Y aurait-il, en Chine, une idée de la personne qui ne permettrait pas d’isoler le « corps » ? Pourquoi donc a-t-on ce sentiment que l’on ne parle jamais vraiment du corps humain, qu’il apparaît plutôt comme le support d’entités plus vastes, qui le dépassent ? Comme si le corps ne pouvait être envisagé que d’un point de vue énergétique, son fonctionnement assurant la vie en exacte correspondance avec le monde extérieur. Comme s’il n’avait pas acquis un statut d’objet. Or, dans les différentes conceptions du corps en Chine présentées ici, issues pour la plupart de l’ethnographie ou de l’histoire, un point est apparu comme récurrent : ce va-et-vient entre les deux pôles de la représentation et du naturel, du symbolique et du réel, non pas l’un ou l’autre mais l’un et l’autre, indissociables en leur « battement » qui est celui même de la vie. C’est dans cette faille que nous avons voulu nous introduire pour traiter du corps, y cherchant la vie qu’elle recelait.
Deux pratiques, mises en œuvre chaque fois par deux personnes agissant en miroir (Taiji quan et acupuncture), tracent le fil directeur de l’ouvrage, ce « battement de la vie ». Il se retrouve exploré à travers la relation au lignage et au traitement du corps des ancêtres. Le corps des femmes, quant à lui, apparaît comme traversé par les générations, vécu comme un support capable de porter le signe d’un temps, la marque d’un passage, l’assignation d’un destin. Le corps de certains héros (d’épopée ou de cinéma) met en scène le battement entre le corps naturel et sa représentation : à travers mutation, mutilation, et mutabilisme universel, tout peut se faire et se défaire à l’infini. Enfin, les enfants uniques, « petits empereurs » de la Chine actuelle, tout comme les taoïstes qui « nourrissent leur vie », donnent à voir la construction du sujet, corps et personne confondus, indissociables.

Pour citer ce document

, «Le battement de la vie», cecmc [En ligne], Publications, Parutions 2017, mis à jour le : 02/09/2017
, URL : http://cecmc.ehess.fr/index.php?3297.
EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Raphaël Van Daele, prix de thèse 2021 de l'EHESS

Prix et distinctions -Docteur au Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine, sous la tutelle de l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales, Raphaël Van Daele a reçu le prix de thèse 2021 de l’EHESS pour "Penser l’origine et dire le multiple dans le néoplatonisme et l’étude du mys (...)(...)

Lire la suite

Genèses de la démocratie taïwanaise : penser et construire l'État républicain

Rencontres scientifiques - Lundi 22 mars 2021 - 14:30La formation en cours d’un État-nation proprement taïwanais s’accompagne d’une autonomisation croissante des études sur Taiwan. On ne peut que se féliciter de cette évolution qui a permis d’appréhender les dynamiques politiques et sociales ins (...)(...)

Lire la suite

L'île et le passage, représentations de la frontière dans le cinéma sud-coréen

Conférence - Mercredi 2 décembre 2020 - 13:00Dans le cadre du séminaire CCJ : Histoire de la culture visuelle en Asie orientale (M. Bussotti et A. Kerlan)Benjamin JOINAU professeur de Hong-ik University (Séoul), invité de l’EHESSdonne une conférence intitulée« L'île et le passage, représentation (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CECMC
Campus Condorcet
Bâtiment EHESS
2 cours des Humanités
93300 Aubervilliers
cecmc [at] ehess.fr