Membres |

Membres associés

Judith Audin

Post-doctorante - Membre associé
Centre(s) de rattachement : CECMC, CHERPA Sciences Po Aix

Post-doctorante au CHERPA, Sciences Po Aix, membre du projet européen MEDIUM, associée au CECMC, EHESS (septembre 2015-février 2017)

Post-doctorante au CECMC, EHESS (septembre 2014-août 2015)

Qualifiée 2014 au CNU en section 04 (science politique), 15 (études chinoises), 19 (sociologie)

Docteure en science politique, Sciences Po, février 2013

Thèmes de recherche

  • Sociologie politique : micro-politique de l’action publique et parapublique, gouvernementalité, subjectivation, sociologie des conflits du logement
  • Sociologie urbaine : socialisation, normalisation, représentations, ségrégation et stigmatisation, habitat et modes de vie en milieu urbain
  • Méthodologie de l’enquête ethnographique en contexte autoritaire

Terrain de recherche 

  • Villes moyennes : Datong (Shanxi), Hangzhou (Zhejiang), Zhuhai (Guangdong)
  • Pékin
  • Chongqing

Recherches post-doctorales

  • Sociologie des villes moyennes en Chine/a sociology of medium-sized cities in China

http://mediumcities-china.org/

As a post-doc for the MEDIUM project, she currently lives and carries out fieldwork in Datong (Shanxi). The city appears “in transition” both on the physical aspects and on the political and social aspects. The city must manage a transition from a natural resources and heavy industry-oriented economy to a new path of economic development. It was labelled “the capital city of coal”, well known for its serious air pollution issue in the urban area. But it also carries many centuries of history, by being a former capital city and a first gate on the Silk Road and Inner Mongolia. Trying to solve the tension between the coal extraction economy and the historical heritage, in 2008, the former Datong Mayor Geng Yanbo decided to give the city a new image, by promoting tourism and culture instead of the coal-mining activity. The urban planning project was very ambitious; it involved rebuilding the old relics in the city centre that existed during ancient China, as well as reshaping the surrounding areas. But in 2012, the political context changed. China’s central authorities launched a very strict anti-corruption campaign. Suddenly, a few months after his re-election, Geng Yanbo was transferred to another city, Taiyuan, without finishing the urban renewal of Datong. Since then, the political transition and administrative management have been slower. A lot of architectural projects that were started did not get finished. It is possible to study this context by starting locally with case studies. The first one is about the management of social issues in Datong (social welfare, animation, mediation…), through the case of residents’ committees in contrasted areas of the city (one residents’ committee located in a residential neighbourhood in the city centre, one located in an industrial neighbourhood and one located in a newly-built compound to relocate the workers formerly working and living around the coal mines). What types of social issues are expressed during the interactions between the city inhabitants and the social workers in the residents’ committees in Datong? The second case study focuses on the conversion of industrial heritage (Datong Coal Factory) in the city into a cultural area, through the case of Datong Coal Factory. Built in the 1980s to provide city inhabitants with domestic coal (used for heating), it opened in 1990 and closed in 2008. It will be transformed into an art district. Does it reproduce the transformation of other brown fields in China? This is what she tries to understand. This research about Datong would allow understanding better the way all medium-size cities in China deal with sustainability, political transition, and social issues, by using a qualitative and multi-disciplinary methodology of research.

  • Sociologie de l’action publique : le cas des organisations-relais de République Populaire de Chine

Mené depuis la soutenance de thèse, ce projet de recherche post-doctorale s’intéresse aux conditions de travail des agents des comités de résidents, chargés de la gestion des quartiers, en adoptant une perspective ethnographique, au croisement entre la sociologie du travail et la sociologie politique. Contrairement aux analyses généralement concentrées sur le « pouvoir », le contrôle ou la surveillance par les comités de résidents, il s'agit d’éviter les concepts préétablis et normatifs sur l'administration chinoise (bureaucratie, contrôle politique, répression). En se concentrant sur l'analyse de cet emploi, ce projet de recherche postdoctorale fait plutôt émerger la notion de disqualification sociale (selon le terme de S. Paugam) ainsi que la diversité des situations au sein d’une antenne non officielle de l’administration. A la différence des publications considérant les comités de résidents uniquement par le prisme de l'autoritarisme ou du travail politique, ce projet de recherche revisite l'angle d'analyse sur ces agents de gestion et de prise en charge de la population en suggérant que la précarité accompagne la professionnalisation de cette « organisation de base des masses » (qunzhong zizhi zuzhi).

Principales publications

  • Judith Audin, « An interactionist perspective on irony in the street-level bureaucracies of Beijing » in Hans Steinmüller, Susan Brandtstadter (dir.), Irony, Cynicism, and the Chinese State, London, Routledge, 2016, p. 101-121.
  • Judith Audin, « La prise en charge des vulnérables dans et par les quartiers en Chine : une enquête sur le travail social des comités de résidents à Pékin », Les annales de la recherche urbaine, n°110, septembre 2015, p. 128-137. Dossier thématique « Ville et vulnérabilités ».
  • Judith Audin, « Gouverner par la « communauté de quartier » en Chine : ethnographie de la bureaucratisation participante des comités de résidents à Pékin », Revue française de science politique, vol. 65, n°1, février 2015, p. 85-110.
  • Judith Audin, « Politiques du logement urbain en Chine, du communisme à l’économie de marché : genèse d’une économie politique de l’assujettissement », Le banquet, n°31, février 2013, p. 79-97.
  • Judith Audin, « Les employées des comités de résidents à Pékin. Formation locale de l'État chinois et redéfinition des modes d'intégration des femmes en milieu urbain » in Tania Angeloff, Marylène Lieber (dir.), Chinoises au XXIe siècle : ruptures et continuités, Paris, La Découverte, 2012.
  • Judith Audin, « Le quartier, lieu de réinvention des relations Etat-société en Chine urbaine : l’exemple des comités de résidents à Pékin », Raisons Politiques, février 2008, n°29, p. 107-118.
     
EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Rencontre autour des photographies de Solange Brand

Table ronde - Jeudi 18 mai 2017 - 14:00Séance exceptionnelle de l’axe Des images pour l’histoire des techniques et le patrimoine culturel immatériel avec une rencontre autour des photographies de Solange Brand (photographe, ancienne directrice artistique du Monde Diplomatique) prises en Chine de (...)(...)

Lire la suite

Habitants et citoyens, gouvernement urbain à Pékin

Rencontre - Mardi 24 janvier 2017 - 18:30Pékin a une histoire riche et qui s’étend sur plusieurs siècles. Prendre en considération cette profondeur historique peut-il aider à éclairer et comprendre les évolutions récentes qu’a connues la ville ? C’est le pari que se propose de relever ce Rendez- (...)(...)

Lire la suite

Plus ça change ? Media control under Xi Jinping

Séance spéciale de séminaire - Lundi 16 janvier 2017 - 16:00Dans le cadre du séminaire Culture et Politique en Chine contemporaine, la séance du lundi 16 janvier 2017 accueillera une conférence de Anne-Marie Brady professeur à l’université de Canterbury (Nouvelle Zélande), intitulée "Plus ça cha (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

190-198 avenue de France
75013 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 90
Fax : +33 (0)1 49 54 23 99
Email