Membres |

Anciens membres

Cyrielle Perilhon

Docteur

Thème de recherche

La « danse classique chinoise » : outil et produit de la propagande intérieure et de la diplomatie culturelle (1949-1966)

  • Directeur de thèse : Françoise Sabban  [Anthropologie]
  • Date de soutenance : 2015

Résumé de la thèse

La danse classique chinoise (dcc) est un concept apparu au début des années 1950, en République Populaire de Chine. La mise en œuvre pratique de cette nouvelle catégorie se fait conjointement à la construction d’une appréhension linéaire de l’histoire de la « danse » « chinoise » où perpétuer consiste à développer par l’innovation. La gestuelle du xiqu, forme spectaculaire synthétique est alors identifiée comme la morphologie finale que la « danse » aurait prise et qu’il s’agit d’extraire. Les expérimentations s’effectuent dans un contexte de construction d’un Etat socialiste pendant la Guerre froide. La dcc a ainsi la double vocation d’être un « langage », national, au service de livrets dont la visée est d’ « éduquer le peuple » et de représenter la Chine sur la scène chorégraphique et diplomatique à l’Est comme à l’Ouest. Certains tendent à appliquer en priorité le mot d’ordre « apprendre de l’expérience avancée » des pays socialistes. C’est le cas au sein de l’Ecole de danse de Beijing, structurée en 1954 avec l’aide d’experts soviétiques. D’autres profitent dès 1955 des premières tensions avec l’URSS et de la politique de coexistence pacifique menée en Asie pour orienter des recherches vers d’autres formes endogènes et exogènes, légitimant leur pratique comme une réponse à l’injonction de construire une forme nationale ou au mot d’ordre « rejeter l’ancien pour créer du nouveau ». Toutes ces pratiques, les œuvres qu’elles produisent et les discours construits pour les légitimer sont ainsi mises en contradiction selon les enjeux politiques intérieurs et extérieurs. Cette étude analyse ainsi les discours produits dans cette conjonction entre propagande nationale et diplomatie culturelle ainsi que l’articulation de ces discours et du contexte dans l’apparition et le devenir des œuvres et des acteurs relevant de la dcc.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Recrutement d'un-e post-doctorant-e dans le cadre du projet de recherche « Sphères publiques alternatives en Chine au 20e siècle »

Appel recherche - Jeudi 20 juillet 2017 - 20:00Le Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine (CECMC, UMR Chine Corée Japon, EHESS‐CNRS) recrute un‐e chercheur-­e post-­doctorant-­e dans le cadre du projet de recherche « Sphères publiques alternatives en Chine au 20e siècle » (coordina (...)(...)

Lire la suite

La religion et le problème de la « société civile » en Chine

Séance spéciale de séminaire - Jeudi 15 juin 2017 - 13:00Dans cette conférence, je propose d'explorer les tensions entre la religion traditionnelle et les normes modernes de solidarité civile en Chine, à partir de la théorie de la « sphère civile » du sociologue américain Jeffrey Alexander (The (...)(...)

Lire la suite

The City and the Empire: Financial Debates and Intellectual Trauma in Eleventh-Century China

Séance spéciale de séminaire - Lundi 19 juin 2017 - 13:00During the 1030s and 1040s, literati believed that they were close to discerning the universal pattern that inhered in all things and that had informed the perfect governance of the ancient sages. By perceiving the city as a living organis (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CECMC
54 boulevard Raspail
750006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 90
Fax : +33 (0)1 49 54 23 99
centre.chine@ehess.fr