Membres |

Anciens membres

Cyrielle Perilhon

Docteur

Thème de recherche

La « danse classique chinoise » : outil et produit de la propagande intérieure et de la diplomatie culturelle (1949-1966)

  • Directeur de thèse : Françoise Sabban  [Anthropologie]
  • Date de soutenance : 2015

Résumé de la thèse

La danse classique chinoise (dcc) est un concept apparu au début des années 1950, en République Populaire de Chine. La mise en œuvre pratique de cette nouvelle catégorie se fait conjointement à la construction d’une appréhension linéaire de l’histoire de la « danse » « chinoise » où perpétuer consiste à développer par l’innovation. La gestuelle du xiqu, forme spectaculaire synthétique est alors identifiée comme la morphologie finale que la « danse » aurait prise et qu’il s’agit d’extraire. Les expérimentations s’effectuent dans un contexte de construction d’un Etat socialiste pendant la Guerre froide. La dcc a ainsi la double vocation d’être un « langage », national, au service de livrets dont la visée est d’ « éduquer le peuple » et de représenter la Chine sur la scène chorégraphique et diplomatique à l’Est comme à l’Ouest. Certains tendent à appliquer en priorité le mot d’ordre « apprendre de l’expérience avancée » des pays socialistes. C’est le cas au sein de l’Ecole de danse de Beijing, structurée en 1954 avec l’aide d’experts soviétiques. D’autres profitent dès 1955 des premières tensions avec l’URSS et de la politique de coexistence pacifique menée en Asie pour orienter des recherches vers d’autres formes endogènes et exogènes, légitimant leur pratique comme une réponse à l’injonction de construire une forme nationale ou au mot d’ordre « rejeter l’ancien pour créer du nouveau ». Toutes ces pratiques, les œuvres qu’elles produisent et les discours construits pour les légitimer sont ainsi mises en contradiction selon les enjeux politiques intérieurs et extérieurs. Cette étude analyse ainsi les discours produits dans cette conjonction entre propagande nationale et diplomatie culturelle ainsi que l’articulation de ces discours et du contexte dans l’apparition et le devenir des œuvres et des acteurs relevant de la dcc.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Le cinéaste et la dissidente. Une contre-histoire de la Chine maoïste

Projection-débat - Jeudi 16 mai 2019 - 12:30« Sciences sociales. Regards sur le monde » est un nouveau cycle de rencontres, à l’initiative de l’EHESS, du CNRS et de mk2. Il propose de découvrir, dans toute leur complexité, certains enjeux propres à une région du monde. Photos, séquences de film, (...)(...)

Lire la suite

Figure d'une dissidente sous Mao : Lin Zhao, combattante de la liberté

Rencontre - Vendredi 15 février 2019 - 17:00Le Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine vous invite à une rencontre autour de l'ouvrage d'Anne Kerlan, Lin Zhao, combattante de la liberté.Une séance animée par Isabelle Thireau (CCJ-CECMC), avec Michel Bonnin (CCJ-CECMC) en tant que d (...)(...)

Lire la suite

Représenter un État non reconnu : le métier de diplomate à Taïwan

Conférence - Mardi 29 janvier 2019 - 17:00La prochaine conférence du cycle « Perspectives taïwanaises », consacré à l'étude de la société taïwanaise, aura lieu le mardi 29 janvier 2019 de 17h00 à 18h30 dans la salle A7-37 de l'EHESS (54, bd. Raspail, 75006 Paris).Madame Françoise Mengin, directr (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

CECMC
54 boulevard Raspail
750006 Paris, France
Tél. : +33 (0)1 49 54 20 90
Fax : +33 (0)1 49 54 23 99
centre.chine@ehess.fr